« Chaque fois qu’on travaille avec un cheval, on dirait que ses réactions se reflètent dans un minuscule cheval jumeau à l’intérieur de notre âme »

Chris Irwin « Danse avec ton cheval d’ombre »

Les origines de la médiation équine à visée thérapeutique (ou équithérapie) remontent sans doute aussi loin que l’histoire unissant l’homme et le cheval.

Pour Xénophon, « le cheval est un bon maître, pour le corps, l’esprit et le cœur… »

Pour Hippocrate, « le cheval régénère et préserve la santé du corps humain (insomnie) »

C’est toutefois seulement depuis un demi-siècle que des activités de thérapie modernes sont pratiquées par la médiation du cheval. La santé se définit comme un état d’équilibre, un état de bien-être physique, mental et émotionnel.

La médiation équine vise à amener les bénéficiaires ou les personnes en difficultés vers cet état de santé avec la participation du cheval appelé médiateur pour personnes en difficultés.

L’OBJECTIF n’est pas de guérir mais d’améliorer un état présent vers un état futur :

  • Rendre les choses plus agréables ou conciliables avec une vie agréable, soit apprendre à « faire » avec la pathologie,

  • Ralentir le processus évolutif, l’arrêter, voire inverser la tendance déficitaire,

  • Récupérer des fonctions perdues par des apprentissages ludiques et valorisants,

  • Devenir un partenaire actif de sa prise en charge en devenant acteur de sa séance

L'EQUITHERAPIE

equitherapie2.jpg

#dansleregardducheval

equitherapie3.jpg

LES FONCTIONS DU CHEVAL : REELLES OU SYMBOLIQUES

Le cheval agit comme un décodeur/ miroir de ce que la personne vit dans l’instant présent.

 

Le cheval est également un révélateur de talents/traumatismes enfouis ou pas. Sa simple présence en fait aussi un guérisseur du fait de son champ électromagnétique qui part de son cœur.

C’est un partenaire idéal pour l’accompagnement humain en ce qu’il :

  • Nécessite une combinaison de compétences : alignement corps/cœur/tête:

    • Physiques: adaptation corporelle permanente, tonicité, énergie

    • Psychiques: émotions, affectivité…

    • Cognitives: capacité à apprendre, à avoir une stratégie (mémoire…)

 

  • Permet une connexion à nos sens, ressentir, se reconnecter à son corps, toucher le cheval en l’observant dans le détail avec tous les sens…

 

  • Ne nous oblige pas à paraitre : Authenticité , Savoir être, personnes peuvent être ce qu’elles sont. C’est un cadeau, droit de ne pas savoir, de ne pas savoir faire, il n’y a pas d’interdiction sauf la sécurité.

Les fonctions du cheval sont à la fois réelles et symbolique :

  • Fonction de portage (consolide les carences en « portage » chez les bénéficiaires, travail sur le corps, le « Moi-peau…)

  • Fonction locomotrice (se déplacer sur son dos ou à côté)

  • Fonction biomécanique (mobilise 300 muscles, élocution, muscles mâchoires…)

  • Fonction communicationnelle (langage 1er chez l’enfant, sensorialité, corps …avant les mots)

  • Fonction affective (attachement, création du lien)

  • Fonction transitionnelle (objet aimant, fonction doudou, Réassurance affective)

  • Fonction sociale (vivre avec les autres, animal grégaire)

  • Fonction mythique (construction de notre imaginaire: symbole: licorne…)

  • Fonction d’identification (étayage de la confiance en soi, support narcissique à la construction de soi)

  • Fonction mère (liée au portage)

  • Fonction père (codes sociaux spécifiques, réagir et accepter les règles sociales de par sa présence)

 
equitherapie4.jpg

LES INDICATIONS ET CHAMPS D'INTERVENTION

La médiation équine thérapeutique, qui peut s’inscrire dans un parcours de soin, apporte une amélioration de la santé des personnes qui ont des :

  • déficiences motrices (handicap dit moteur),

  • troubles psychiatriques et psychiques (névroses, psychoses…),

  • troubles envahissants du développement (Syndrome d’Asperger, autisme, syndrome de Rett ; syndrome désintégratif…),

  • déficiences sensorielles,

  • handicap sociaux,

  • IMC (infirmité motrice cérébrale) ou paralysie cérébrale,

  • TDAH (troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité),

  • troubles de l’apprentissage (dyslexie, dispraxie, dyscalculie, dysphasie),

  • troubles de l’alimentation (anorexie, boulimie, hyperphagie),

  • conflits parents/enfants et questions parentales,

  • troubles liés à des évènements de la vie générant un stress ou une souffrance (burn-out, divorce, dépression…),

  • troubles de stress post-traumatique,

 Le cheval est un partenaire adapté à l’accompagnement humain puisqu’il implique à la fois une mobilisation corporelle, intellectuelle, conative, psychomotrice, sensorielle, musculaire.

L’objectif est que toute personne soit valorisée et que chaque personne ne soit pas réduite à son trouble, son handicap, sa pathologie ou sa problématique.